Les écosystèmes, principal levier pour le continent africain, thème d'une conférence à Gammarth
08/06/2022 14:47, TUNIS/Tunisie 

TUNIS, 8 juin (TAP) - "La détérioration de nos écosystèmes africains est désormais une réalité palpable et indéniable face aux ressources naturelles et menaces qui planent sur notre sécurité et celles de nos enfants. Nous nous devons d'agir d'une manière rapide, efficace et commune", a alerté le Secrétaire exécutif de l'Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), Nabil ben Khatra.

"Nous concerter et unir nos efforts n'est plus une option'' a-t-il affirmé, à l'ouverture des travaux de la "Conférence internationale sur les écosystèmes, principal levier pour le continent africain" qui se tient du 8 au 10 juin courant à Gammarth, dans la banlieue de Tunis, avec la participation de ministres tunisiens et étrangers, d’experts de haut niveau et de représentants d’organisations africaines et internationales.

Pour sa part, la ministre de l'environnement, Leila Chikhaoui, a déclaré à l'agence TAP que si les écosystèmes nourrissent la société et alimentent l'économie, les tendances préoccupantes du changement climatique, de l'érosion de la biodiversité et de la désertification, justifient la nécessité d'évoluer vers une économie basée sur des priorités de développement et de planification économique.

La Tunisie est constamment engagée dans la dynamique internationale et a toujours opté pour une vision nationale qui repose sur des stratégies de conservation de la biodiversité nationale et renouvelle son engagement à œuvrer au niveau nationale, régional et international pour relever les défis de d'arrêter le déclin de la détérioration des écosystèmes pour contribuer à la protection de la santé de la nature et de l'Homme, a-t-elle assuré.

Le représentant du Secrétariat général de l'Union du Maghreb Arabe (UMA), Nourdine Omar Mokhtar a indiqué que l'UMA, depuis sa création, s'emploie à renforcer ses relations avec les organisations régionales africaines et internationales pour coordonner les positions communes et échanger les informations et les expériences afin de protéger l'environnement des dangers auxquels les pays font face.

Cette conférence constitue une occasion la mise en place de partenariats et d'une coopération avec un échange d'informations par la création de projets communs, a-t-il déclaré, soulignant l'importance de l'éducation et de l'enseignement dans la sensibilisation sur la question environnementale.

Dr Abdoulaye Mouhamadou, Secrétaire exécutif du Comité permanent Inter-états de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) a, indiqué, quant-à lui, qu'une société qui migre est une société en crise, d'où l'enjeu de fixer les jeunes ruraux chez eux, d'investir dans l'infrastructure et dans un cadre de vie attractif qui les maintient chez eux.

Il a relevé, à cet égard, l'importance de la rentabilité des investissements dans la gestion durable des terres.

Au cours de cette première journée, une table-ronde de haut niveau a lancé les travaux de la conférence s'articulant autour du livre intitulé "Les ecosystèmes africains, entre la dégradation et restauration'' publié par l'Observatoire du Sahara et du Sahel, destiné aux organisations régionales et internationales intéressées par la mise en œuvre des initiatives africaines visant la restauration des écosystèmes naturels.

Le programme de cet évènement comporte des panels thématiques de haut niveau pour passer en revue les expériences concrètes réalisées dans les différentes régions d'Afrique et d'ailleurs.

Lors de second jour, les panels de discussions porteront sur ''l'Adaptation au changement climatique pour mieux gérer la migration, la restauration des terres, la bonne gouvernance en eau pour faire face au stress hydrique.

La journée de clôture comportera un panel sur « le stress hydrique, une problématique majeure de la gestion des écosystèmes en Afrique » ainsi qu'un atelier de restitution de l'étude régionale sur le stress hydrique avec une priorité sur les recommadations qui serviront de bases pour les actions futures.

INTER/AIS

Plus
Mises à jour Twitter Inscription à la newsletter Contactez-nous

Pour recevoir notre newsletter,veuillez vous inscrire


tel: 71889000
fax: 71883500, 71888999